Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Intermarché BLOG CGT Google+
  •  Intermarché BLOG CGT  Google+
  • : Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,
  • Contact

Adhérer à la CGT en ligne, en cliquant sur le dessin

 

 

                                          

Recherche

Des images et du son !

INFORAMA CGT

8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 06:46
784.000 € d'investissement sur quatre ans et un pôle de formation aux métiers de l'abattage et de la découpe à l'abattoir d'Autun
Écrit par GensduMorvan   
Mercredi, 07 Septembre 2011 22:04
Abattoir d'AutunLa signature le 26 août avec la SVA (Société Vitréenne d'Abattage) Jean Rozé (filiale du Groupement des Mousquetaires ) d'un contrat de prestation d'abattage portant sur un volume de 600 tonnes de viande bovine par an ouvre de nouvelles perspectives d'avenir à l'abattoir communautaire d'Autun qui va voir son chiffre d'affaires progresser de 10%.
Quatre salariés vont être embauchés et un pôle de formation régional aux métiers de l'abattage et de la découpe ouvrira ses portes en janvier 2012.
Pour accompagner ce développement, la Communauté de communes de l'Autunois, propriétaire des bâtiments et déléguant du service public doit voter ce jeudi 8 septembre 2011un plan d'investissement de 614.000 € sur quatre ans alors que la SICA (Société d'Intérêt Collectif Agricole) qui gère l'équipement investira 170.000 € sur la même période.

« L'abattoir école » d'Autun délivera des CQP

La conséquence la plus immédiate de l'arrivée de ce nouveau client pour lequel la SICA abattra et livrera en carcasses de 25 à 30 vaches par semaine sera l'embauche de quatre salariés. « Des gens de couteau » précise le directeur Pascal Plazanet indiquant par cette formule imagée qu'il recherche des bouchers de métier.
Cette recherche de personnel qualifié et les besoins en formation permanente des équipes en place (15 personnes en comptant les deux administratifs) nécessaires pour répondre aux normes exigées (notamment au niveau sanitaire) par la SVA, sont à l'origine du projet de pôle de formation aux métiers de l'abattage et de la découpe . « Ce besoin en formations est commun à tous les abattoirs » explique Pascal Plazanet.

Mis en place avec le soutien de la FNEAP (Fédération nationale des exploitants d'abattoirs publics) et de son organisme de formation (ADOFIA) avec le concours de la société de travail temporaire Work 2000 et le centre de formations Forma Contact, en relation avec Pôle Emploi, « l'abattoir école » d'Autun, le premier en France, devrait accueillir 12 stagiaires par session qui obtiendront à l'issue de leur formation de quatre mois un Certificat de Qualification Professionnelle (CQP). Les stagiaires seront logés logés au Foyer Saint-Ex (ex Foyer des Jeunes Travailleurs).

Adapter l'outil à la nouvelle demande

Autun_Visite_abattoir_07092011Le programme d'investissement de la CCA et la SICA (784.000 € sur quatre ans) va permettre d'adapter l'outil de production à la nouvelle demande qualitative et quantitative.
« De toute façon, ces investissements auraient été obligatoires pour rester aux normes du classement 2 » indique le président de la CCA Rémy Rebeyrotte, expliquant  que « le nouveau contrat va simplement faciliter ce programme en renforçant les moyens de la SICA ».
Sont notamment prévus des travaux de mise aux normes de la station de prétraitement des effluents et de l'électricité, une réfection des sols et des peintures, un réaménagement de l'atelier triperie et des sous produits et diverses opérations de maintenance.

Sécuriser les approvisionnements

Autun_CP_abattoir_07092011Mercredi soir 7 septembre, Rémy Rebeyrotte a visité l'abattoir avant de tenir une conférence de presse sur le contrat avec la SVA Jean Rozé et les évolutions de l'abattoir en compagnie d' Alain Durand vice président de la CCA chargé du dossier, Alain Jondeau président de la SICA,, Franck Boulanger PDG d'Intermarché Autun, André Beaucarnot, patron de Beaucarnot Bétail à Saint-Symphorien de Marmagne qui est chargé de « l'approvisionnement », Bernard Joly éleveur à Barnay et président de la section bovine à la FDSEA « facilitateur » du rapprochement avec la SVA dont le PDG Dominique Langlois est aussi président d'Interbev (Interprofession du Bétail et des Viandes) et Pascal Plazanet.

« Pourquoi SVA vient ici ? Parce qu'ils sont visionnaires » a expliqué Bernard Joly : «le marché de l'ensemble des matières agricoles est en train de se tendre. Les habitants des pays émergents consomment de plus en plus de viande au fur et à mesure que le niveau de vie augmente et certains de nos concurrents en produisent beaucoup moins. L'Argentine laboure ses prairies pour produire du biocarburant et au Brésil qui produit moins pour les mêmes raisons, les habitants consomment plus. Aujourd'hui nous vendons de la viande en Turquie, en Algérie et Dominique Langlois a indiqué qu'il avait signé un contrat avec la Malaisie. Donc la question de la sécurité de l'approvisionnement est stratégique pour ces grands groupes. S'ajoute à cela la question des transports, en raison de leurs coûts et du bien être animal ».

Un appel aux éleveurs pour trouver 1200 vaches par an

TroupeauReste à trouver dans le bassin de l'Autunois-Morvan, la quantité de bêtes demandées par l'industriel.
Une tâche qui, selon André Beaucarnot, n'est pas évidente: la SVA veut en effet pour l'instant des vaches de réforme de race à viande dans une catégorie assez rare. « Je compte sur les éleveurs locaux et régionaux pour qu'ils s'investissent dans cette solidarité de la filière » indique le marchand qui ajoute, à bon entendeur,: « d'autant plus que la SVA achète à un bon prix ».

« Mais nous n'en sommes qu'au début du partenariat» ont affirmé en cœur les intervenants.
SVA Jean Rozé prévoierait en effet, après cette première phase, de « monter en gamme » pour s'approvisionner en charollaises engraissées sur le territoire.
« Ce contrat est une bonne nouvelle pour l'abattoir et pour toute la filière » a conclu Rémy Rebeyrotte.
Au delà du maintien de l'outil sur le territoire que promet ce contrat, les progrès apportés à sa suite devraient profiter à l'ensemble des éleveurs. La SICA entend en effet se positionner désormais comme l'élément moteur du développement des filières courtes dans le bassin de l'Autunois Morvan.

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Groupe Intermaché - dans Unités de Production
commenter cet article

commentaires

Histoire de la CGT