Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Intermarché BLOG CGT Google+
  •  Intermarché BLOG CGT  Google+
  • : Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,
  • Contact

Adhérer à la CGT en ligne, en cliquant sur le dessin

 

 

                                          

Recherche

Des images et du son !

INFORAMA CGT

9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 13:56

Spectaculaire incendie dans une usine Intermarché de transformation de poissons à Lorient

 

Lundi, en fin d’après-midi, un incendie a détruit l’entrepôt de polystyrène et l’usine de transformation de poissons du groupe Intermarché, au cœur du port de pêche de Lorient (Morbihan). L’entreprise emploie 200 salariés. Les pompiers sont parvenus à éteindre le feu ce mardi matin à 7 h.

 

L’usine complètement détruite

 

« C’est une catastrophe… » Lundi, 17 h 30. Norbert Métairie, le maire de Lorient, constate l’ampleur des dégâts au port de pêche de Keroman. L’usine Capitaine Houat, la plus grosse entreprise de transformation de poissons et de crustacés de la ville, vient de partir en fumée. Toute la production est détruite.

 

« Le feu s’est propagé très vite ; c’était très impressionnant », témoigne Viviane Le Moing, directrice des Docks de Keroman, un bâtiment qui jouxte Capitaine Houat.

 

L’incendie s’est déclenché vers 17 h dans un entrepôt de 3 000 mètres carrés abritant 15 000 boîtes d’emballage en polystyrène. Plusieurs explosions, peut-être de bouteilles d’acétylène, ont été entendues. Le feu s’est ensuite propagé à l’usine de 7 000 mètres carrés, notamment aux ateliers de filetage et à la production des crevettes.

 

L’épaisse fumée noire était visible depuis Port-Louis, situé de l’autre côté de la rade.

 

Les 200 salariés n’étaient pas au travail à cette heure-là

 

Aucun des 200 salariés de Capitaine Houat n’était au travail à cette heure-là. Seul le directeur et des membres de la direction des ressources humaines étaient en poste. Ils ont eu le temps de quitter l’usine. Personne n’a été blessé ni incommodé par les fumées.

 

Un périmètre de sécurité a été dressé par les pompiers et la police, qui ont par ailleurs évacué de nombreux curieux se trouvant non loin du sinistre. Après 20 h, l’incendie n’était toujours pas maîtrisé. Le souci des 70 pompiers était aussi de préserver les bâtiments commerciaux et administratifs situés à proximité immédiate de Capitaine Houat.

Quel avenir pour l’emploi ?

 

L’incendie, qui a détruit à 70 % de l’usine de mareyage, est « un sale coup pour l’économie portuaire, déplore Maurice Benoish, le président du port de Lorient. Il va falloir trouver des alternatives rapides pour faire en sorte que l’activité de Capitaine Houat reparte dans les meilleures conditions ».

 

Le sous-préfet de Lorient, Jean Francis Treffel, a tout de suite évoqué « les emplois et l’avenir des salariés ». La direction de l’usine sinistrée n’a pas souhaité s’exprimer, lundi soir. 2 011 est une année noire pour Intermarché, qui a déjà perdu un chalutier, le Jack Abry, au large de l’Écosse, en février dernier.

 

L’entreprise Capitaine Houat est une filiale du groupe Intermarché. Avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 130 millions d’euros, elle emploie 200 salariés au port de pêche de Lorient et 100 salariés à Boulogne. Lors du dernier exercice, Capitaine Houat a fourni 23 940 tonnes de produits finis (10 512 tonnes sur le seul site de Lorient). Pour améliorer sa productivité, la filiale lorientaise projetait de construire une usine toute neuve et moderne. À Keroman ou ailleurs

Heure par heure, nous avons suivi le combat des 70 sapeurs-pompiers du Morbihan dans l’entreprise de transformation de poisson. Fumée noire, explosions, effondrement… Aucune victime n’est à déplorer.

 

17 h 10. 15 000 boîtes d’emballe en polystyrène s’embrasent. Les pompiers de Lorient partent en catastrophe. Tout le monde dans l’entreprise a eu le temps de s’enfuir. Ils ne restaient qu’une dizaine de salariés, dont le directeur et des membres de la direction. Les employés avaient quitté leur poste à 16 h.

 

17 h 20. Une épaisse fumée noire se répand sur tout le port de commerce. Les bâtiments annexes sont évacués. Les pompiers partent en reconnaissance. Ils feront rapidement appel aux renforts de tout le Morbihan : 70 pompiers (Lorient, Guidel, Vannes, Auray, Hennebont et Baud), 18 engins, 6 fourgons pompes tonnes, 3 grandes échelles. Leur combat commence.

 

17 h 45. Plusieurs explosions se font entendre. Ce sont les bouteilles d’acétylène, qui étaient dans l’entrepôt où a pris le feu, qui éclatent. La police et les pompiers commencent à établir un périmètre de sécurité. Plusieurs enquêteurs arrivent sur les lieux. Ils font le point avec les sapeurs pompiers sur la situation. Les flammes redoublent, il fait nuit noire sur le port. Les vapeurs, elles, redoublent d’intensité.

 

18 h. L’incendie se propage à l’usine de production, notamment aux ateliers de filetage et à la production des crevettes. Le sous-préfet Francis Treffel, ainsi que le maire de Lorient, arrivent sur place. Les pompiers étudient le plan du site avec des salariés de la maintenance. Des murs et des sols s’effondrent. Les salariés, eux, sont devant leur entreprise, inquiets.

 

20 h. La progression des pompiers est freinée par l’épaisse fumée. Et ce qui était craint arrive. Les flammes atteignent le sous-sol, où sont entreposés de la peinture et du matériel. Il n’y a plus de risque d’effondrement. La production de l’entreprise est entièrement détruite.

 

21 h 15. Visage soucieux du directeur général de Capitaine Houat, qui sort d’une réunion avec des salariés. Les flammes, elles, ne s’arrêtent pas.

 

21 h 30. Le feu est en bonne voie d’être maîtrisé, indique le capitaine Christophe Guégan, chef du site. Les pompiers ont encore 3 à 4 h de travail devant eux, avec une surveillance active ce mercredi. « Il y a un foyer chaud qui menace avec une dalle qu’il faut maîtriser. »

 

Ouest france le 9/08/2010

Julia FOUQUET.

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Groupe Intermaché - dans Unités de Production
commenter cet article

commentaires

Histoire de la CGT