Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Intermarché BLOG CGT Google+
  •  Intermarché BLOG CGT  Google+
  • : Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,
  • Contact

Adhérer à la CGT en ligne, en cliquant sur le dessin

 

 

                                          

Recherche

Des images et du son !

INFORAMA CGT

8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 08:26

Le nouveau président, Philippe Manzoni, a engagé une réorganisation profonde du groupe. Il vise 3 % à 5 % de croissance en 2010, grâce à de nouvelles baisses de prix. 

Une «continuité revisitée». C’est en ces termes policés que le nouveau président d’ITM Alimentaire (Intermarché, Netto) résume sa ligne de conduite. Philippe Manzoni a pris les rênes du troisième distributeur français en octobre, après un putsch qui a conduit à la démission de son prédécesseur, Eric Mozas.

 

Neuf mois après cette crise de gouvernance survenue en plein quarantième anniversaire de l’enseigne, le nouveau président regrette des «divergences sur les politiques» et veut tourner la page. «Les bases du groupement restent les mêmes, assure-t-il. Pour le faire bouger, il faut prendre le temps de convaincre.»

 

Le nouvel homme fort d’Intermarché, qui compte 1800 points de vente, s’appuiera sur un conseil d’administration pour moitié renouvelé. À la faveur de départs à la retraite, quatre nouveaux venus ont par ailleurs fait leur apparition à la Société civile des Mousquetaires, la maison mère d’Intermarché.

 

«Intermarché et Netto sont maintenant en ordre de marche pour aller à la conquête de nouveaux marchés et aller reconquérir des parts de marché», se félicite Philippe Manzoni. Au premier semestre, le chiffre d’affaires d’Intermarché a progressé de 4,5% (y compris les ventes de carburant), après un léger recul en 2009, à 24,1 milliards d’euros. L’activité de Netto a elle gagné 6,4% grâce au déploiement progressif d’un nouveau concept de remises directes en caisse. «C’est l’une des seules enseignes de hard discount qui progresse en part de marché», déclare Philippe Manzoni. D’ici à trois ans, le parc de Netto (1,1 milliard de chiffre d’affaires en 2009) devrait passer de 383 à 600 magasins.

 

Après avoir conquis 4% de nouveaux clients au premier semestre, les deux enseignes devraient réaliser un «bon cru 2010», avec une hausse du chiffre d’affaires de 3% à 5%. Philippe Manzoni vise 15% du marché d’ici à trois ans, contre 13,6% actuellement.

 

Supérettes en centre-ville 

 

Pour y parvenir, le nouveau patron a entamé une réorganisation profonde de l’entreprise. «Une adaptation aux besoins des consommateurs et à notre environnement global», résume-t-il. Cela passe par une décentralisation au profit des huit régions du groupe. 15 à 20% des achats seront désormais décidés en régions, 5 % par les magasins directement. Objectif : mieux adapter l’offre aux bassins de population.

 

Intermarché et Netto devront également passer d’une culture d’achat à une culture de vente. Dès la rentrée, 19 category managers piloteront l’assortiment. Trop cloisonnées jusque-là, la production et la vente devront travailler ensemble, afin d’améliorer la conception des produits. Les conditions d’approvisionnement ont par ailleurs été revues afin de limiter les stocks dans les entrepôts.

 

Intermarché prépare pour l’automne un «plan d’attaque sur les prix encore plus fort» qui sera soutenu par une campagne de publicité massive. «C’est une guerre de tous les instants», assure Philippe Manzoni, qui compte continuer à réduire ses tarifs, après une baisse de 3 % l’an passé.

 

Dans le même temps, Intermarché continue d’adapter les formats de ses magasins - de la supérette à l’hypermarché - aux besoins locaux. La proximité sera l’un des fers de lance du nouveau patron. Après un test à Nice, les supérettes Intermarché Express devraient essaimer dans le centre des grandes villes face à Carrefour City ou Daily Monop. 23 ouvriront dès cette année. Paris devra attendre 2011. D’ici là, Intermarché entend peaufiner le concept. Outre le snacking, les clients pourront y trouver cave à vin, produits d’hygiène mais aussi du bio et de l’ethnique avec la possibilité de payer aux caisses automatiques.

 

Le figaro.fr - le 6/07/2010

KEREN LENTSCHNER

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Groupe Intermaché - dans Actualités Intermarché
commenter cet article

commentaires

Histoire de la CGT