Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Intermarché BLOG CGT Google+
  •  Intermarché BLOG CGT  Google+
  • : Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,
  • Contact

Adhérer à la CGT en ligne, en cliquant sur le dessin

 

 

                                          

Recherche

Des images et du son !

INFORAMA CGT

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 18:05

Depuis son extension, l’andouillerie Triskel fonctionne à plein régime

L’entreprise Triskel, à Kermarrec, a été agrandie voici deux ans. Du coup, la donne a un peu changé. 90% de la production est écoulée dans le circuit Intermarché. Triskel est la seule usine du groupe à fabriquer ce produit. L'entreprise a également développé le hors groupe.
L’usine Triskel, à Kermarrec, écoule 90* *% de sa production dans le circuit Intermarché. Mais elle fournit aussi des enseignes comme Casino ou Carrefour.
 
 

« Nous sommes saturés », lance le responsable du site, Fabrice Éveno. Cette extension a porté non seulement sur « l’agrandissement des locaux », mais aussi sur « l’augmentation des outils de production », précise-t-il.

Avec le hors groupe, elle fournit des enseignes comme Casino ou Carrefour. « C’est important pour des produits à niche comme ça, fait remarquer le patron. Le métier est tellement spécifique, qu’on est obligé de se spécialiser. »

Cinquante salariés

Au fil des ans, une partie du travail a été mécanisée, mais le processus est encore très manuel : nettoyage, salage, enfilage des boyaux, fumage au bois de hêtre, cuisson au bouillon dans des grands bacs, etc.Dune quarantaine de salariés il y a deux ans, Triskel est passé à cinquante désormais. « Vu la spécificité du travail, la main-d’œuvre est quasiment toute en CDI. Ça permet d’avoir une qualité de travail sur toute l’année », fait remarquer M. Éveno.

 

La production est désormais de 330 tonnes de produit cuit à lannée. « Sur la place publique, on fait partie des quatre gros en France. » Il y a aussi des petits producteurs, comme les artisans de Guémené, qui fabriquent landouille de manière artisanale. Mais ils ne jouent pas dans la même catégorie. « On a une clientèle différente de Rivalan Quidu. Ce n’est pas le même prix de vente non plus », souligne le responsable du site.

270 000 andouilles

Ici, on est sûr une production industrielle. Triskel fonctionne cinq jours sur sept. 270 000 andouilles sortent de lusine chaque année. « Cela fait 1 000 à 1 200 andouilles par jour, mais on travaille en temps annualisé. » Cette activité connaît une petite saisonnabilité, en juillet et août : « C’est lié à l’activité touristique de la Bretagne. » Le reste de lannée est « assez linéaire ».

 

Fabrice Éveno est content que la production dandouille se porte bien. Cest prometteur pour lavenir. « Ça veut dire qu’il y a des jeunes consommateurs, dit-il. On pense trop souvent qu’un produit typé comme celui-là correspond à une classe d’âge vieillissante. Ce n’est pas vrai. » Peut-être est-ce dû aux tendances actuelles de consommation, vers plus de traditionnel ? « Sans doute aussi. Les appellations Itinéraire des saveurs ou Terroir et Ethnique, on est en plein dedans. »

 

Lemercier Claude
Ouest France - le 10/02/2012 

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Groupe Intermaché - dans Unités de Production
commenter cet article

commentaires

Histoire de la CGT