Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BLOG CGT INTERMARCHE

BLOG CGT INTERMARCHE

Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,


45 ans après, le groupement Intermarché a encore de belles années devant lui

Publié par CGT Groupe Intermaché sur 11 Août 2014, 10:08am

Catégories : #Intermarché

Plus de quatre décennies après sa création, retour sur le groupement Intermarché et son mode de fonctionnement atypique déployé dans 2 328 points de vente en Europe, et qui a réalisé en France près de 21 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013.


Crédits photo : ©Intermarché

Le groupement : une organisation spécifique

Après la scission du groupe Leclerc, l’un de ses deux fondateurs, Jean Pierre Le Roch, décide de créer une nouvelle enseigne, Ex, qui deviendra Intermarché. Autour de lui, 75 distributeurs indépendants qui se présentent comme « les Mousquetaires de ladistribution ». Leur combat : offrir des produits de qualité à bas prix, dans des magasins de proximité, à taille humaine.

Depuis sa création en 1969, le fonctionnement du groupement est resté le même : des adhérents investissent temps, risques et capitaux afin de faire vivre un ou plusieurs points de vente. S’ils sont propriétaires de leurs unités, ces chefs d’entreprises sont interdépendants les uns des autres et acceptent de mettre en commun les moyens nécessaires à la gestion et à la performance de tous les magasins : « Ils consacrent aussi bénévolement un tiers de leur temps (deux jours par semaine) à l’exercice des fonctions de direction auprès des enseignes, des filières d’achats, du développement, de la logistique ou encore des services, que ce soit en région ou à l’international », explique Philippe Manzoni, président d’Intermarché Alimentaire.

Ainsi, l’entreprise est gérée directement par ses propres adhérents, un gage de stabilité selon le président, qui permet au groupe d’échapper aux aléas des marchés financiers tout en permettant l’implication de tous ses membres. Ils détiennent 100 % du capital.

Le distributeur indépendant « se doit de tenir compte des intérêts du groupement, ce qui institue entre les adhérents des liens permanents et solides d’interdépendance. Cette interdépendance se matérialise par la mise en commun de filiales et de structures communes, gérées par les adhérents et le respect d’une discipline librement consentie », poursuit Philippe Manzoni.

Des indicateurs au vert

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents