Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BLOG CGT INTERMARCHE

BLOG CGT INTERMARCHE

Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,


A quoi joue la Direction de la Base de Levet ?

Publié par CGT Groupe Intermaché sur 26 Mars 2010, 07:15am

Catégories : #Actualités Bases ITM LAI

Ex-grévistes empêchés de travailler, leaders licenciés, une incroyable situation à la base Intermarché

 
Après une grève et un blocage, le travail devait reprendre, hier, à la base Intermarché de Levet. Mais des ex-grévistes ont été empêchés de travailler. Pire, quatre seraient licenciés.

«Nous sommes arrivés à 5 heures du matin, pour l'embauche. Carlos Français (le directeur de la base Intermarché de Levet, ndlr) était à l'entrée. Il nous a dit qu'il n'y avait pas de travail pour nous. »

 


Comme ce jeune ouvrier, une trentaine de salariés n'a pas pu travailler hier à la base de Levet. Problème : selon les intéressés, tous ces employés ont participé à la grève qui a touché l'entreprise jusqu'à mercredi et qui portait sur l'augmentation d'une prime d'intéressement.

 


« Certains grévistes ont pu entrer, mais tous ceux qui sont restés dehors étaient des grévistes, certifie le jeune ouvrier. Nous ne contestons pas qu'il y ait moins de boulot. Avec la grève, une partie des commandes est encore traitée par d'autres bases. Mais il est discriminatoire d'avoir laissé uniquement des grévistes dehors. » Les salariés ont fait venir un huissier pour constater qu'ils ne pouvaient pas travailler. Au final, la journée devrait néanmoins leur être payée.

 

Mais deux délégués syndicaux FO et deux ex-grévistes devraient être licenciés. « Je suis pour l'instant le seul à avoir reçu ma lettre de licenciement », confiait, hier après-midi, Raphaël Courroux, représentant syndical FO. Avant de se rendre à l'inspection du travail, l'homme a ajouté : « On se croirait dans une dictature. »


Un licenciement « pour faute lourde, sans préavis ni indemnités ». Le motif : « blocage illicite de la base du 19 au 23 mars 2010, maintenu dans la nuit du 23 au 24 mars [...], en violation de l'ordonnance » rendue, le 23 mars, par le juge des référés du tribunal de grande instance (TGI) de Bourges.

 


Cette décision ordonnait, à cinq salariés assignés devant le TGI, la levée du blocage. Mais on voit mal comment elle pourrait justifier de tels licenciements, qui arrivent suite à une grève.

 


Le blocus, allégé suite à la décision du tribunal, a été réellement levé mercredi matin, suite à l'arrivée de gendarmes venus faire appliquer la décision de justice.

 


De fait, la grève s'est arrêtée mercredi. Sans qu'aucune négociation n'ait pu être engagée. « Il y a trois ans, la prime d'intéressement était à 1.600 euros, souffle Eddie Saboureau, un salarié qui ferait partie des quatre licenciés. Suite à une augmentation trop importante des objectifs, elle est passée à 850 euros l'an passé et à 350 cette année. »

 


Comme toujours depuis le début du conflit , la direction de la base de Levet refuse de répondre à nos questions. 

 



Le Berry.fr - le 26/03/2010
Geoffroy Jeay

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents