Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BLOG CGT INTERMARCHE

BLOG CGT INTERMARCHE

Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,


Blocage base de Villers le bouillet

Publié par CGT Groupe Intermaché sur 10 Avril 2010, 19:08pm

Catégories : #ITM LAI Pays

Félait : la FWA n'ira pas à la manif

La FWA a anticipé le blocage de la base Intermarché de Villers-le-Bouillet, ce mercredi. Les agriculteurs sont remontés suite à une promotion sur le lait Félait.

Emmanuel HUET

La FWA, la Fédération wal lonne de l'agriculture, n'ira pas manifester aujourd'hui devant la base logistique Intermarché à Villers-le-Bouillet. Yvan Hayez, secrétaire général de la FWA, a réagi à l'article paru dans nos colonnes ce lundi. Le MIG, un syndicat représentant les producteurs laitiers, appelait au blocage de la base Intermarché le temps de rencontrer ses dirigeants et d'évoquer leur dernière campagne de promotion. La brique de lait de la marque Félait était en promo à 47 cents et la publicité était accompagnée d'un message précisant que ce lait permettait un revenu équitable aux agriculteurs. Ce qui est impossible à ce tarif.

De son côté, la FWA a anticipé le mouvement de mercredi. Anticipé ou récupéré ? Hier matin, elle a invité les responsables de la laiterie Solarec, qui met en boîte le lait Félait, ainsi qu'un représentant d'Intermarché à clarifier la situation.

Au terme de cette rencontre, Yvan Hayez a précisé que le malaise était aplani. « Nous avons jugé opportun de réunir les opérateurs concernés. Nous n'avons eu aucun contact avec le MIG qui nous invitait, dans l'article paru dans votre journal, à se rallier au mouvement. » Sur une brique Félait, le producteur est payé 35 cents du litre (soit 10 cents de plus que le prix actuel du marché). Ce qui correspond effectivement à une juste rémunération. Avec 2 millions de litres écoulés par an, la marque Félait ne pèse que 0,3 % du volume de lait que gère Solarec. Une goutte dans l'océan.

« Mais c'est en faisant la promotion du produit qu'on l'aidera à se développer. Pendant une semaine seulement, la brique a été vendue à 47 cents. Et pas aux dépens des producteurs. Pour cette opération marketing, il y a eu un partage des coûts entre la laiterie et Intermarché. » Mais il comprend le malaise qu'a pu susciter le message. « C'est clair qu'à 47 cents, on ne peut pas garantir un revenu équitable ! On peut comprendre les émotions que ça suscite. Mais tout produit doit faire l'objet d'une stratégie marketing. C'est dans la perception du message qu'il y a un risque de confusion entre 47 cents et un revenu équitable. » D'autant plus que les 35 cents payés aux producteurs n'ont pas été rabotés. C'est ce qu'explique Éric Baudhuin, responsable des achats chez Intermarché. « Ce prix est le résultat d'une mise en commun d'une ristourne de la laiterie, d'Intermarché et des indépendants à la tête des magasins. Certains ont ainsi laissé tomber leur marge bénéficiaire. » Cette même explication, les agriculteurs l'entendront demain puisque le MIG maintient son mouvement. Mais la cacophonie entre la FWA et le MIG déstabilise. Le MIG a réagi rapidement en prônant une action. La FWA a rebondi en préconisant le dialogue. Mais aucun des deux syndicats n'a parlé à l'autre.

 

Actu 24 BE - Le 31/03/2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents