Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BLOG CGT INTERMARCHE

BLOG CGT INTERMARCHE

Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,


Conflit dur à Villers le bouillet, en 2009

Publié par CGT Groupe Intermaché sur 14 Février 2010, 19:07pm

Catégories : #ITM LAI Pays

Villers-le-bouillet

Intermarché: le piquet de grève levé devant la base

REPORTAGE | Le piquet de grève qui empêchait les camions d'accéder à la base logistique de l'enseigne Intermarché située à Villers-le-Bouillet a été levé samedi matin après de longues négociations.


Emmanuel HUET

«Lèche-culs, enculés, bande de lavettes ! » C'est sous les huées et dans un climat houleux que le mouvement de grève a pris fin samedi matin à la base Intermarché de Villers-le-Bouillet. À 10 h 40, quatre camions pénétraient sur le site pour charger des marchandises à destination des 76 Intermarché et Écomarché du pays. Une demi-heure plus tard, sept semi-remorques repassaient devant les manifestants sous les applaudissements moqueurs. « Je suis révolté, entendait-on. Allez travailler... J'espère que vous ne serez jamais dans la merde. »


Les grévistes ont été contraints de baisser pavillon. Samedi matin, le mouvement s'est effrité avec l'arrivée en nombre de la police. Sur place, devant les grilles, on retrouvait notamment le chef de corps de la police Meuse-Hesbaye, Guy Wietkin. Mais c'est en seconde ligne que les renforts étaient présents. Le long de la nationale, quatre véhicules de la police locale étaient stationnés. Dans le village, à proximité du centre de tri la Poste, une autopompe et environ 30 hommes de la réserve de la police fédérale étaient prêts à faire évacuer manu militari le site.


« Pas de bain de sang »


Pourquoi ce durcissement de ton ? Parce que la direction de la base logistique a décidé samedi matin de faire appliquer les décisions prises par le tribunal de 1re instance de Huy et confirmé par la Cour d'Appel de Liège. Les travailleurs risquaient de se voir signifier des astreintes. Sur place, le dialogue s'est engagé sur le parking tôt en matinée. Fort d'une décision de justice en sa faveur, Vincent Servais, le directeur, est parvenu à raisonner son personnel gréviste. « Ils ont la justice pour eux, constate Yves Demeuse, délégué FGTB. On n'a pas envie que ça se termine dans un bain de sang. » Effectivement, la cinquantaine de grévistes ne faisait pas le poids face à autant de policiers soutenus par une autopompe. « On se remettra autour de la table lundi à 11 h. On doit donc laisser libre accès au site. Pour appliquer les décisions prises devant les tribunaux, la direction avait le droit de faire intervenir les forces de l'ordre. »


Sur le plan social, les syndicats n'ont rien obtenu. Et rien ne devrait sortir de la réunion programmée ce matin. « Nous tenons à nous conformer au bureau de conciliation de la commission paritaire », a rappelé le directeur. Et ce bureau avait soutenu la direction. « Il faut d'abord libérer le site et qu'ils lachent leurs revendications. De notre côté, on lache les astreintes et on ne les notifie pas. »


Mais pas question de répondre aux demandes des grévistes. « Leurs revendications arrivent en dehors des négociations sectorielles. »


+ Reportage complet à lire dans le Jour Huy-Waremme de lundi


Le JOUR - le 8 /07/2009 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents