Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BLOG CGT INTERMARCHE

BLOG CGT INTERMARCHE

Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,


Grève des salariés sur la base Intermarché

Publié par CGT Groupe Intermaché sur 16 Mars 2011, 21:56pm

Catégories : #Actualités Bases ITM LAI

Ils étaient près de 50 % à avoir cessé le travail, hier répondant à un mot d'ordre national.
 Les grévistes d'Intermarché pourraient reconduire leur grève aujourd'hui. photo philippe rebeix
Les grévistes d'Intermarché pourraient reconduire leur grève aujourd'hui. photo philippe rebeix

Les principales revendications de l'intersyndicale des établissements d'Intermarché (ITM logistique alimentaire international) n'ayant pas été acceptées par la direction centrale, une grève a été déclenchée hier matin, à 4 h 30 à la base logistique Intermarché, située à Roullet-Saint-Estèphe.

 

« Une grève, soulignent Philippe Vrignon, délégué syndical CGT et Michel Saillard délégué syndical FO, qui a de fortes chances d'être reconduite aujourd'hui, si les négociations au niveau national n'aboutissent pas. »

 

En réponse aux syndicats, la direction propose une augmentation de salaire de 1,8 % plus 125 € de prime d'intéressement, une proposition, selon les syndicats, « largement insuffisante par rapport aux résultats du groupe ».

 

Au chapitre de la prime d'intéressement, les syndicats attendaient une hausse de 8 % quand la direction propose seulement 3,75 %. « Cela ne fait pas le compte », souligne Philippe Vrignon.

 
Loin des revendications

 

Quant à l'augmentation de salaire de 1,8 % proposée par la direction, « on est aussi loin des revendications qui portent sur une vraie revalorisation des salaires, la reconnaissance de l'ancienneté comme ITM Lemi l'a accordé à ses salariés, un vrai supplément d'intéressement digne de ce nom et versé rapidement, la révision des critères d'intéressement 2011 ». Hier matin au pic de la grève, 55 salariés avaient cessé

le travail, soit 50 % de l'effectif.

 
Un chiffre qui risque de grossir aujourd'hui. « Le rapport de force dépend de notre mobilisation collective », étaient persuadés, hier, les syndicats.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents