Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BLOG CGT INTERMARCHE

BLOG CGT INTERMARCHE

Information CGT du Groupe INTERMARCHE : Comité de Groupe, CCE ITM-LAI,CCE ITM-LEMI, Bases Logistiques, Pôle industriel, STIME,


Intermarché de Bressols : licencié pour avoir pioché deux biscuits

Publié par CGT Groupe Intermaché sur 6 Décembre 2012, 07:19am

Catégories : #Actualités Bases ITM LAI

la base intermarché bloquée six heures, hier matin

 
Les grévistes ont bloqué la base logistique de Bressols hier de 5 heures à 11 heures./Photo DDM, Morganse Culie. ()

Les grévistes ont bloqué la base logistique de Bressols hier de 5 heures à 11 heures./Photo DDM, Morganse Culie.

 

Joël, 49 ans, chauffeur de nuit à la base logistique d'Intermarché à Bressols a été licencié pour faute grave. Son tort : avoir mangé deux biscuits destinés pourtant à la «casse.» Hier matin, ses collègues ont bloqué le site pour obtenir au moins une indemnité.

Deux biscuits ! C'est tout ce qu'il aura fallu pour qu'un chauffeur de nuit de la base de logistique d'Intermarché à Bressols se voir remercié. Tout a commencé il y a trois semaines. Cette nuit-là, Joël est rentré à Bressols après avoir livré les marchandises à Lavernose et Cazères, dans la Haute-Garonne. Il était alors quatre heures et le chauffeur terminait sa nuit de travail. «Je me sentais un peu fatigué. J'ai simplement voulu grignoter deux biscuits de la casse. Chez nous, la casse est un conteneur où l'on entrepose des marchandises abîmées, destinées au reconditionnement, à la Banque alimentaire ou à la destruction. Je ne pensais que ça allait avoir toutes ces conséquences. J'ai été traité comme un voleur. Après trente ans d'ancienneté, ça fait mal au ventre.»

Dénoncé par son supérieur hiérarchique qui l'a vu manger les deux gâteaux, Joël sera mis à pied pour faute grave. La direction a appliqué le règlement à la lettre. Les salariés ont l'interdiction formelle de piocher dans les stocks, même dans la fameuse «casse.»

La direction versera finalement une indemnité

La CGT a aussitôt réagi pour demander la réintégration de Joël. Hier matin, dès 5 heures, les salariés ont bloqué le site de Bressols, en ne laissant sortir aucun camion de la base. «Même si la faute est avérée, comment pouvons-nous accepter une telle décision ? », pouvait-on lire sur un tract.

Les négociations avec la direction ont alors duré une grande partie de la matinée. A 11 heures, un accord a été signé par les deux parties. Pierre Fernandez, délégué de la CGT a accompagné Joël dans les discussions. Les deux hommes sont donc revenus vers les grévistes pour annoncer le résultat : «On aurait aimé qu'il soit réintégré. La direction n'a pas voulu revenir en arrière. En revanche, on a négocié une indemnité pour un mec qu'elle souhaitait faire partir de l'entreprise pour zéro. C'est une victoire. On a voulu montrer à la direction que nous étions capables de nous mobiliser pour défendre les copains. On ne va pas vous laisser crever de faim. Vous pouvez être fiers de votre combat», a lancé Pierre Fernandez. De son côté, Joël partira avec une indemnité de 20 000 €, en attendant de retrouver un emploi de chauffeur. Malgrè nos tentatives, la direction de la base logistique de Bressols n'a pas souhaité s'exprimer sur ce dossier.


Le chiffre : 300

Salariés > à la base logistique. C'estl'effectif de ce site d'Intermarché à Bressols qui fête cette année ses 30 ans d'existence.

«J'ai été traité comme un voleur. Après 30 ans d'ancienneté, ça fait mal au ventre».

Joël, licencié

 

La Dépêche.fr - le 30/11/2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents